Recherche

À l’occasion des élections européennes, la Vie des Idées ouvre un dossier sur l’Europe politique. Non pour réitérer le débat entre fédéralistes et souverainistes, mais pour prendre acte des avancées réelles de la construction européenne, tout en s’interrogeant sur les problèmes que cette construction pose à l’objectif démocratique.

Refus clairement exprimé des Français et des Néerlandais d’un traité constitutionnel destiné à jeter les fondements d’un espace politique commun ; désaveu du suffrage universel par des dirigeants empressés de reconduire, sous une autre forme (le Traité de Lisbonne) ce qui semblait avoir été rejeté ; désintérêt profond des populations pour les élections européennes ; suspicion à l’égard d’institutions jugées bien technocratiques : la liste est longue des événements qui empêchent de croire que la construction politique de l’Europe, ambition clairement affichée, avance sûrement. On peut s’en réjouir, penser qu’il n’y a décidément de démocratie que nationale et que puisqu’il n’existe pas de peuple européen, les institutions européennes sont condamnées à être lointaines. On peut au contraire le déplorer, considérer que c’est faute d’assumer pleinement ses ambitions fédérales que l’Europe est en panne et qu’il lui appartient, en organisant un espace public européen, de construire une culture politique commune.

Peu assurée d’elle-même, hésitante sur la forme qu’elle doit se donner, l’Europe politique se construit pourtant. Construction bien paradoxale, qui mêle avancées démocratiques réelles et obscurités institutionnelles, intentions clairement affichées et arrangements pragmatiques. C’est cette réalité contrastée que ce dossier veut illustrer. Il s’invente bien une citoyenneté européenne, portée par des droits spécifiques reconnus et garantis (voir l’essai d’Etienne Pataut). Cette citoyenneté, loin d’être seulement juridique, est pleinement politique : à partir d’elle se construisent de nouvelles luttes et de nouvelles formes de mobilisation dont il faut aujourd’hui prendre toute la mesure (voir l’essai de Justine Lacroix). Il reste que si le droit européen avance, l’harmonisation des juridictions communautaires et étatiques est loin d’être parfaitement analysée. L’indétermination règne en ce domaine, où domine le pouvoir d’interprétation des juges (voir l’essai de P. Brunet). C’est aussi l’opacité qui entoure les décisions prises au Conseil de l’Union européenne, révélant les difficultés pour les États membres d’exercer en commun leur souveraineté (S. Novak).

Ce dossier comprendra également quatre recensions :

Les articles du dossier

Pour citer cet article :

Florent Guénard, « Quelle Europe politique ? », La Vie des idées , 2 juin 2009. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Quelle-Europe-politique,745.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais : redaction@laviedesidees.fr.

par Florent Guénard , le 2 juin 2009

Articles associés

Qu’est-ce qu’une Fédération ?

À propos de : O. Beaud, Théorie de la Fédération, PUF.

par Renaud Baumert

L’opacité du consensus

La prise de décision au Conseil de l’Union européenne
par Stéphanie Novak

La Vie des idées
© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet