Recherche

Livres & études Société

Dossier : Presse et démocratie

Les journalistes et leur public : malentendu ou paranoïa croisée ?


par Monique Dagnaud , le 27 novembre 2007

Les médias sont régulièrement accablés de reproches par leur public. Des reproches fondés parfois – et, dans ce cas, la question est celle de leur régulation. Mais aussi des reproches excessifs qui appellent un autre effort d’interprétation.

Recensé :

Jean-Marie Charon, Les journalistes et leur public : le grand malentendu, Vuibert, 2007.

Qui nierait l’importance d’un tel sujet ? Jean-Marie Charon, dans son dernier ouvrage, explore les relations qui lient les journalistes à leur public : une facette essentielle de l’espace public contemporain, profondément emblématique de la société de défiance dans laquelle nous baignons. Quiconque a participé à l’un des nombreux débats organisés sur la question des médias connaît la violence émotionnelle qui soulève tout public (populaire, cultivé, jeune et vieux, etc.) contre le système d’information. Cette exaspération est parfaitement identifiée par une série de sondages qui, depuis 1987, visent à saisir la confiance accordée à ceux qui fabriquent l’information. Autant l’annoncer d’emblée : elle est faible et n’a cessé de se dégrader. Les journalistes sont incriminés de nombreux maux. De se polariser sur des sujets éloignés des préoccupations des gens. De fouiller dans la vie privée au risque de porter préjudice aux personnes. De fabriquer de l’à-peu-près sans prendre le temps de la vérification. D’embrouiller faits et commentaires. De proposer une hiérarchie de l’information sans lien raisonnable avec l’importance des sujets, par exemple en lançant les faits divers comme produits d’appel. Surtout, ils sont suspectés d’être sous l’influence des politiques, et encore bien davantage, notamment dans la période récente, sous la domination de groupes financiers.

Jean-Marie Charon décrypte d’une plume sereine les reproches adressés par le public aux médias et tente de dessiner, en se portant du côté des journalistes et de la fabrication de l’information, les raisons de ce désamour.

Le cœur du malentendu réside, selon lui, dans les attentes déçues du public. Ce dernier souhaite une information fiable et de qualité, une information « zéro défaut » : « Pour le public, en tout cas sans doute une part de plus en plus significative de celui-ci, les médias et les journalistes sont censés produire des connaissances ». Or les journalistes plaident que leurs conditions de travail (urgence, moyens matériels, surenchère concurrentielle) limitent fortement une telle ambition. De plus, les exigences du public « oublient » le caractère par essence inachevé et aléatoire de l’information à chaud : « L’information, lorsqu’il s’agit d’actualité, constitue par définition, une saisie, à un moment donné, d’une situation, qui a bien souvent fait irruption soudainement, sans que l’on en saisisse toujours le sens profond et encore moins l’évolution possible. (…). Autrement dit, l’information est une matière fragile, évolutive souvent relative… par nature ».

Certes, les idées lancées pour améliorer le niveau de l’information ne manquent pas. Dans le sillage d’une résolution relative à l’éthique des journalistes adoptée en 1993 par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (en 1995), puis le Conseil économique et social (en 1999), ont multiplié les recommandations. La première, sans surprise, vise à garantir un niveau élevé de formation des journalistes – la création de l’école de journalisme de Sciences Po s’appuiera sur cet argument. La seconde propose l’établissement d’un code de déontologie qui définirait les bonnes pratiques – de fait, la profession est encadrée depuis longtemps par des chartes, en particulier la Charte de Munich, mais aussi par une noria de textes adoptés par les rédactions ou les entreprises de presse.

La proposition en faveur de la création d’un Conseil de la presse, instance de contrôle qui pourrait dénoncer, voire sanctionner les manquements, est régulièrement avancée. Mais elle est rejetée par la profession, en raison du poids de l’histoire. Soumis pendant des siècles à la tentation liberticide d’un pouvoir centralisé, les journalistes redoublent de méfiance, et toute intrusion d’un régulateur extérieur leur paraît d’emblée suspecte. Aussi l’autorégulation, le règlement, au sein de la profession et par la profession, de ses insuffisances et turpitudes, recueillent nettement leur préférence. Un point sur lequel l’auteur du livre, à l’évidence, les approuve. Le salut semble résider alors dans le renforcement des chartes d’entreprise ou la nomination de médiateurs.

Cette dynamique d’autorégulation touche néanmoins rapidement ses limites. « Le respect des chartes comme leur adaptation aux situations concrètes n’ont pas été discutés, ni fait l’objet de bilan », affirme Jean-Marie Charon. Les principes édictés opèrent davantage comme une boussole pour l’action que comme des instruments capables d’efficacité pour traiter des cas précis, prévenir ou sanctionner des manquements. Cet encadrement éthique « mou » favorise le sentiment d’impunité, que conforte encore plus l’omerta des confrères lorsque survient une dérive. L’absence de sanction ou de réaction forte est en elle-même un encouragement à la désinvolture ou à l’irresponsabilité : « Comment peut s’interpréter pour chaque journaliste qu’au-delà de commentaires privés, aucune condamnation formelle, n’ait jamais été formulée par une organisation professionnelle, à propos de dérapages graves et avérées ? »La même critique est adressée aux directions des entreprises de presse, muettes elles aussi la plupart du temps sur les dérapages de l’information.

Le chapitre sur la responsabilité des journalistes brosse un tableau somme toute impitoyable. L’auteur évoque un univers porté au « cynisme et au fatalisme ». On y découvre un milieu qui entretient sa propre impéritie en renvoyant ses insuffisances « aux structures, à la technique, aux logiques organisationnelles ou économiques ». On s’étonne du peu de rigueur qui l’anime : lors d’une enquête auprès des journalistes économiques et financiers, 52,4 % disent ne pas croiser leurs sources, 40,8 % ne pas toujours vérifier un chiffre, 46,8 % « ne pas savoir lire les comptes d’une entreprise », etc. Et on saisit toutes les facettes d’un comportement que l’auteur, pertinemment, nomme ainsi : « un déni de responsabilité ».

Visiblement peu convaincu de l’efficacité d’une régulation juridique, Jean-Marie Charon en appelle à un sursaut moral (pour une conception « morale » de la responsabilité), en raison des devoirs de cette profession envers autrui. Mais le rôle crucial joué par l’information dans la vie démocratique suppose d’aller plus loin. Il requiert d’engager des actions en association avec le milieu journalistique : « La prise en compte de l’intérêt général exige donc l’existence d’une réflexion éthique, individuelle et collective durant toute l’activité professionnelle. Cela appelle une formation et une préparation nourries d’études de cas par exemple, de l’approche de situations, circonstances, événements diversifiées ». Cet appel à un ressaisissement collectif fondé sur de la formation permanente, loin de rester lettre morte, a fait l’objet d’une initiative de la part de l’auteur. Jean-Marie Charon anime en effet depuis de nombreuses années Les Entretiens de l’information : confrontations entre journalistes sur des études de cas, précisément. Evidemment, la solution préconisée pour résoudre le Grand Malentendu entre public et journalistes se révèle, au terme du livre, une plaidoirie pro domo... Mais on doit saluer un chercheur qui, loin de se cantonner à la critique sociale, a proposé et mis en œuvre concrètement un traitement aux maux qu’il dépeint.

On peut, néanmoins éprouver quelque déception sur la conclusion. En effet, scepticisme juridique aidant, et armé d’une foi de charbonnier dans l’autorégulation de la profession, l’auteur émet des recommandations qui peuvent paraître dérisoires à l’aune de la gravité des déficiences invoquées. Peut-être une exploration approfondie de la complexité du droit qui encadre l’information, notamment la tension entre le principe de la liberté de communication, et les multiples autres principes qui le contrebalancent (diffamation, droit à la vie privée, protection de l’enfance, etc.), et donc de sa difficulté à être mis en œuvre, aurait été utile pour étayer la préférence affichée en faveur de l’autorégulation. La pratique du droit dans le traitement de l’information constitue le thème central d’un des ouvrages de Jean-Marie Charon (Un secret si bien volé : la loi, le juge et le journaliste, Le Seuil, 2000), ce qui explique sans doute qu’il en ait fait l’économie ici.

Ce livre aiguise la faim d’en savoir plus sur un autre sujet qu’il aborde peu : le public. Les causes du malentendu ne mettent-elles pas aussi le public sur la sellette ? Quid du comportement de ce dernier ? Quid de son étranglement d’indignation dès qu’il s’agit de parler de média ? Cette bruyante insatisfaction à l’égard du système d’information a quelque chose d’énigmatique tant elle paraît extrême, et son mystère s’accroît lorsque l’on s’aperçoit qu’elle est partagée et alimentée par beaucoup de journalistes. Cette virulence a toujours existé, mais cette démonstration de colère paraît extravagante si l’on considère qu’elle s’accroît, alors que les supports d’information n’ont cessé de se multiplier et de se diversifier au cours des dix dernières années. En matière d’information, en effet, l’homme contemporain vit sous le règne de l’abondance : les réseaux numériques font circuler les contenus les plus hétérogènes, de la qualité la plus haute, à la futilité la plus vaporeuse, du plus intello au plus pratique, les opinions les plus variées trouvant un répondant médiatique pour qui sait se repérer dans les sites et les organes de presse. Comment expliquer cette radicalité dans la défiance à l’égard des médias ? Pourquoi cette exacerbation vise-t-elle sans distinction l’ensemble des médias, alors que les critiques pourraient surtout s’appliquer au média dominant, la télévision ?

Certes, pour une partie de la population, la révolution numérique est passée presque inaperçue. Et peut-être perdure, comme un parfum qui n’arrive pas à s’évaporer, une posture critique qui pouvait s’appliquer à la télévision publique de monopole, sorte de voix officielle encadrée par le politique. Certes, il existe une doxa qui, depuis leur apparition, présente les médias audiovisuels comme des instruments d’aliénation et de manipulation. On doit pourtant chercher ailleurs les raisons de démonstrations aussi passionnées. La violence verbale contre le système d’information semble désigner autre chose qu’une appréciation désolée sur « la qualité » des contenus – si tel était le cas, France-Culture et Arte occuperaient le sommet des classements de Médiamétrie.

Cette émotion sans réel fondement évoque plutôt un processus de type bouc-émissaire. Les médias, pris comme une entité générique abstraite, seraient l’objet sur lequel s’exorcise la gamme immense des colères ou insatisfactions collectives. Ils constitueraient un objet transactionnel de la pensée. D’autant plus qu’ils offrent aux individus une expérience singulière, épreuve mentale inédite dans l’histoire des sociétés, une confrontation permanente au spectacle du monde dans lequel ils vivent.

Cette confrontation incite le spectateur à s’évaluer par rapport aux autres, se comparer, imaginer des biographies alternatives. Elle l’oblige à prendre position sur des thèmes ou des situations à propos desquels il est souvent largement impuissant. Vivre au rythme de l’écosystème médiatique comporte une dimension violente pour le psychisme, et la fréquentation d’un média d’images inspire facilement un ressentiment intérieur. Contre quoi ? Contre soi – on regarde souvent « malgré soi » : pour combler le temps, parce que votre entourage vous y incite, parce que l’écran allumé vous ramène vers lui en dépit de votre effort pour y échapper ? Contre l’image de la société promue, découpée, réorganisée par le média ? Contre ce flot des opinions et des paroles qui se déversent selon un principe d’équivalence en vous clouant comme seul juge ? Il y a dans la relation aux médias quelque chose qui concerne le rapport de soi à soi... et qui pourrait fournir le levain à l’exaspération ingénue que l’on repère dans tous les débats publics sur les journalistes.

La recherche sur les médias a fait l’impasse sur cette dimension. Depuis cinquante ans, dans le sillage des cultural studies, elle s’est employée à analyser les pratiques du spectateur actif, à démontrer que « la réception est une production de sens ». Mais aucune recherche n’a jamais tenté de sonder la passion funeste, la critique exaltée, qui s’emparent des individus lorsqu’ils sont conviés à une expression publique sur le sujet « médias ». Entre les journalistes et leur public, on trouverait peut-être des sentiments plus complexes qu’un malentendu : une paranoïa croisée.

Pour citer cet article :

Monique Dagnaud, « Les journalistes et leur public : malentendu ou paranoïa croisée ? », La Vie des idées , 27 novembre 2007. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Les-journalistes-et-leur-public.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

par Monique Dagnaud , le 27 novembre 2007

Articles associés

La fin de l’information ?

Entretien avec Bernard Poulet et Vincent Giret
par Thierry Pech

Sports populaires, sportifs impopulaires

L’ « affaire Benzema » remise en perspective
par Stéphane Beaud & Akim Oualhaci

La sociologie sans excuses

À propos de : Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une (...)

par Arnaud Saint-Martin


© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet