Recherche

Les problèmes environnementaux, devenus globaux, menacent tous les humains, mais ils les menacent inégalement. Cet ouvrage, entièrement inédit, de la Collection Vie des Idées/Puf, révèle la dimension environnementale des inégalités sociales ainsi que les effets inégalitaires des politiques écologiques.

Catherine Larrère (dir.), Les inégalités environnementales, Paris, Puf-Vie des idées, 2017, 104 p., 9€.

- Cet ouvrage est coordonné par Catherine Larrère, professeure émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de philosophie morale et politique, elle travaille sur les questions éthiques et politiques liées à la crise environnementale et aux nouvelles technologies. Elle a récemment publié Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique (avec Raphaël Larrère, La découverte, 2015).

- Ont contribué à cet ouvrage Laura Cementeri, Cyria Emelianoff, Catherine Larrère, Éloi Laurent et Gildas Renou.

Le risque environnemental est-il égalisateur ? Certains voudraient le croire. Ainsi Ulrich Beck écrivait, en 1986, dans La Société du risque : « La pénurie est hiérarchique, le smog est démocratique ». Mais si la globalité des dégradations environnementales expose l’humanité entière à un destin commun, cela n’empêche pas que les populations humaines, entre les pays comme à l’intérieur de chacun d’entre eux, sont très inégalement affectées par ces dégradations et y contribuent de manières tout aussi inégales. Les différentes populations, aussi bien à l’intérieur d’un même pays qu’entre les différents pays (suivant une polarité Nord/Sud), sont inégalement frappées par les pollutions et différemment exposées aux risques environnementaux. Ces inégalités environnementales, qui recoupent très largement les inégalités sociales, sont peu étudiées : il suffit de consulter les différents atlas des inégalités socio-économiques, pour constater qu’elles n’y figurent pas. De façon générale, ce sont les plus vulnérables qui sont les plus touchées, tout en étant les moins responsables de la situation (comme le montre la répartition des dégâts climatiques).

L’objectif de ce livre est de faire apparaître parallèlement la dimension environnementale des inégalités sociales et les effets inégalitaires des politiques écologiques. Il propose une approche pluridisciplinaire, car ce phénomène ne se réduit pas à un déterminisme simple. Il s’agit de comprendre comment ces inégalités, qui se creusent autant par le haut que par le bas, sont aussi un obstacle à une transition écologique réussie.

Retrouvez Catherine Larrère dans La Grande Table sur France-Culture.

Table des matières

- « Quelle égalité pour l’écologie politique ? » par Catherine Larrère

- « Mesurer et réduire les inégalités environnementales en France », par Éloi Laurent

- « Jusqu’où l’économie écologique pense-t-elle l’inégalité environnementale ? Autour de l’œuvre de Joan Martinez-Alier », par Laura Cementeri et Gildas Renou

- « La fabrique territoriale des inégalités environnementales », par Cyria Emelianoff

- Bibliographie commentée.

Sur La Vie des idées :

- Lucile Maertens, « Le grand marché du changement climatique », à propos de : Romain Felli, La grande adaptation. Climat, capitalisme et catastrophe, Seuil

- Sylvie Ollitrault, « COP 21, ONG et état d’urgence », le 8 décembre 2015.

par Catherine Larrère , le 19 janvier


Articles associés

L’essence nourricière du monde

À propos de : Corine Pelluchon, Les nourritures. Philosophie du corps politique, (...)

par Jean-Philippe Pierron

Enjeux écologiques de la crise alimentaire

À propos de : Lester R. Brown. Full Planet, Empty Plates. The New Geopolitics of (...)

par Michel Gueldry

Ce que sait la montagne

Aux sources des philosophies de l’environnement
par Catherine Larrère

Morales de la cité verte

À propos de : E. Hache, Ce à quoi nous tenons, Propositions pour une écologie (...)

par Pierre Charbonnier

↑ Haut de page


© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet