Recherche

Aux États-Unis, en France aussi avec le livre de Hugues Lagrange, la culture revient au centre des recherches consacrées à la pauvreté. Le dossier « culture de la pauvreté » fait le point sur ces travaux auxquels la crise donne, paradoxalement, une nouvelle actualité, un demi-siècle après l’introduction de la notion par Oscar Lewis.

L’année 2010 a été marquée, tant du point de vue scientifique que politique, par le retour en grâce de la notion de « culture de la pauvreté ». Cette notion, forgée par l’anthropologue Oscar Lewis, avait alimenté la critique du Welfare State américain à partir des années 1960 en se cristallisant sur la minorité afro-américaine. Depuis, parler de culture de la pauvreté passait pour une manière de faire porter aux pauvres la responsabilité de leur situation (blame the victim), et de consentir au démantèlement de l’État social sous le prétexte de lutter contre la dépendance des pauvres à son égard.

Alors que la crise économique et sociale donne à la vulnérabilité une ampleur inédite, la question de la culture de la pauvreté a fait l’objet, de part et d’autre de l’Atlantique, de propositions renouvelées et fortement controversées. Aux États-Unis tout d’abord, David J. Harding, Michèle Lamont, Mario Small ont rassemblé une série d’études empiriques qui montrent qu’il est possible et nécessaire de prendre en compte la dimension culturelle de la pauvreté pour la comprendre et y répondre. D’autres travaux sont revenus sur cette notion au point de faire dire à Patricia Cohen du New York Times que « “Culture of Poverty” Makes a Comeback ».

En France, c’est le livre de Hugues Lagrange, Le déni des cultures, qui a polarisé les débats en réinvestissant cette dimension dans l’analyse de la vulnérabilité sociale alors que depuis les années 1990, c’est la perspective du lien avec le marché du travail qui dominait. Ces propositions ont fait l’objet de discussions entre les auteurs et leurs recenseurs dans La Vie des idées. Ce dossier rassemble ces contributions et celles qui, publiées sur d’autres supports, alimentent le renouveau sur une notion aussi stimulante que problématique.

Au sommaire du dossier :

  • Nicolas Duvoux « Repenser la culture de la pauvreté », à propos de D. J. Harding, M. Lamont, M. L. Small, dir., « Reconsidering Culture and Poverty », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 5 octobre 2010.

Lire aussi :

Les articles du dossier

Pour citer cet article :

Nicolas Duvoux, « La culture de la pauvreté », La Vie des idées , 19 juillet 2011. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-culture-de-la-pauvrete.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais : redaction@laviedesidees.fr.

par Nicolas Duvoux , le 19 juillet 2011

Articles associés

Culture et pauvreté : perspectives transatlantiques

Débat entre Michèle Lamont & Hugues Lagrange (audio)

par Nicolas Duvoux

Ethnographie des expulsions aux États-Unis

À propos de : Matthew Desmond, Evicted. Poverty and Profit in the American City, (...)

par Nicolas Duvoux

Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?

Violences sociales et culture de l’écrit
par Denis Merklen & Numa Murard


© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet