Recherche

Après une première table ronde qui avait permis d’aborder les causes et mécanismes de la crise financière, l’École d’Économie de Paris a organisé une deuxième rencontre autour de la crise économique avec des spécialistes reconnus en macro-économie : Agnès Benassy-Quéré, François Bourguignon, Daniel Cohen et Philippe Martin. La Vie des idées était présente à cet événement. Extraits vidéo.

Les intervenants ont articulé leurs interventions en deux temps, ils ont tout d’abord développé l’analyse de la crise puis examiné les politiques à mettre en œuvre au niveau national et international.

« La Crise – Acte II : L’entrée dans le réel », table-ronde organisée à l’École d’économie de Paris le 4 novembre 2008.

Sommaire :

- Première partie : analyse de la crise

La croissance mondiale était fondée sur la consommation américaine, elle-même permise par le crédit. C’est ce modèle de croissance fondée sur l’endettement en particulier américain qui s’effondre.

Agnès Benassy-Quéré, directrice du CEPII

Daniel Cohen, École Normale Supérieure, Paris 1 et École d’Économie de Paris

Philippe Martin, Paris I, École d’Économie de Paris et CEPR

François Bourguignon, directeur de l’École d’Économie de Paris

- Deuxième partie : les politiques à mettre en œuvre

Quelles sont les politiques à disposition des autorités pour limiter l’impact économique de la crise ? Le problème principal est celui de la coordination, au niveau de l’Europe en particulier.

Agnès Benassy-Quéré, directrice du CEPII

Daniel Cohen, École Normale Supérieure, Paris 1 et École d’Économie de Paris

Philippe Martin, Paris I, École d’Économie de Paris et CEPR

François Bourguignon, directeur de l’École d’Économie de Paris


Première partie : analyse de la crise

La croissance mondiale était fondée sur la consommation américaine, elle-même permise par le crédit. C’est ce modèle de croissance fondée sur l’endettement en particulier américain qui s’effondre.

Première partie : analyse de la crise

Agnès Benassy-Quéré revient sur le système monétaire international et insiste non seulement sur la nécessaire construction d’un nouveau Bretton Woods qui sera l’enjeu des réunions internationales à venir mais également sur l’urgence de sortir de l’ancien Bretton Woods qui, abandonné en théorie en 1973, a continué de facto de fonctionner.

Daniel Cohen éclaire les trois leviers de la crise : 1/ la bulle immobilière engendrée par une politique monétaire laxiste du crédit. 2/ la hausse des prix du pétrole, non accommodée par les politiques monétaires qui se sont refusé à faire de l’inflation, s’est traduite par une baisse du pouvoir d’achat 3/ L’effondrement des intermédiaires financiers.

Philippe Martin rappelle que la phase financière de la crise n’est pas terminée et revient sur l’impact du credit crunch sur l’économie réelle.


Deuxième partie : les politiques à mettre en œuvre

Quelles sont les politiques à disposition des autorités pour limiter l’impact économique de la crise ? Le problème principal est celui de la coordination, au niveau de l’Europe en particulier.

Deuxième partie : les politiques à mettre en œuvre

Agnès Benassy-Quéré rappelle qu’il existe trois types de politiques, les conjoncturelles (monétaires et budgétaire), les politiques de régulation du système financier et celles de refondations du système monétaire internationale.

Daniel Cohen indique qu’il ne faut pas négliger l’importance de la politique monétaire comme voie de sortie de la crise, mais que seule la politique budgétaire peut répondre aux quelque 1500 milliards de dollars perdus dans la crise financière. En revanche, la France s’est privée à tort des stabilisateurs automatiques. Daniel Cohen insiste sur le fait que les politiques budgétaires pharaoniques sont certaines d’échouer parce ce qu’elles mettent du temps à être mises en œuvre et viendront donc au moment où l’on n’en a plus besoin. Il faut donc privilégier des actions de court terme, à forte demande sociale, telle la construction de logements sociaux.

Philippe Martin revient sur la nécessité des coordinations des politiques budgétaires de relance mais souligne surtout l’efficacité des seules politiques budgétaires rapides et modestes.

François Bourguignon synthétise et parachève les débats. En particulier il insiste d’une part sur les enjeux et le rôle des systèmes de protection sociale et d’autre part sur les problèmes des pays en voie de développement.


Note technique :

- Pour afficher la vidéo, votre ordinateur doit être équipé du lecteur flash, téléchargeable gratuitement ici : http://www.adobe.com/fr/products/flashplayer/

- En cas de problème technique, vous pouvez nous contacter.

Dossier(s) :
La crise économique

Aller plus loin

- Sur La Vie des Idées : 

  

Conférence à l’École d’économie de Paris, La Vie des Idées, 14/10/2008

La crise financière et l’héritage de Milton Friedman, par James K. Galbraith, La Vie des Idées, 18/08/2008.

-  Sur d’autres sites : 

  • École d’économie de Paris / Paris School of economics (PSE)

http://www.parisschoolofeconomics.eu

Organisation qui s’occupe de repenser la finance internationale.

Dossier sur la crise financière sur le site du CEPII : 

http://www.cepii.fr/...

Pour citer cet article :

Maya Bacache-Beauvallet, « La crise, acte II : que faire ? . Table ronde à l’École d’économie de Paris », La Vie des idées , 7 novembre 2008. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-crise-acte-II-que-faire.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais : redaction@laviedesidees.fr.

par Maya Bacache-Beauvallet , le 7 novembre 2008



© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet