Recherche

Dossiers International Politique Société

La Russie contemporaine et l’Occident

Collaboration entre Public Books et La Vie des Idées


par Alexander Rocca & Ophélie Siméon & Caitlin Zaloom , le 19 octobre 2015

Publié en association avec Public Books
English

Au cours de cette table ronde virtuelle en partenariat avec Public Books, six contributeurs français, russes et américains s’interrogent sur la Russie contemporaine et ses relations souvent tendues avec l’Ouest.

Avec l’invasion russe en Crimée et le conflit dans l’est de l’Ukraine, de nombreux commentateurs occidentaux ont annoncé l’avènement d’une nouvelle Guerre froide entre les États-Unis et la Russie. Dans le même temps, le gouvernement et les médias russes nient toute responsabilité de leur pays en Ukraine et décrivent cette expansion comme une mesure nécessaire, destinée à assurer la protection des ukrainiens russophones. Le tout est ramené à la lutte historique contre le fascisme qu’avait livrée l’URSS contre les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

Aux yeux des universitaires et des commentateurs, on manque encore trop d’outils de conceptualisation et d’analyse face à cette situation. Tributaires de la désinformation et d’analogies historiques souvent trompeuses, il nous manque le vocabulaire adéquat pour décrire les événements qui secouent la Russie d’aujourd’hui. Cette collaboration exceptionnelle entre Public Books, La Vie des Idées et son site en anglais Books & Ideas a pour but d’engendrer de nouvelles manières de penser et de concevoir la Russie contemporaine dans ses relations à l’Europe et aux USA.

Une chose est sûre : un tournant géopolitique est en marche. Depuis quelques années, la Russie a adopté une attitude résolument anti-occidentale, afin de réaffirmer son importance sur la scène mondiale, et d’affaiblir le pouvoir de l’OTAN, des USA et de l’Union Européenne. Au début de l’année 2014, la chute du gouvernement Ianoukovitch en Ukraine a marqué un transfert de pouvoir d’une importance capitale, au sein d’une région qui constitue pour la Russie un enjeu stratégique et symbolique majeur. Alors que l’OTAN entamait une expansion à l’est, vers une Ukraine en voie d’occidentalisation, Vladimir Poutine a choisi la voie des opérations militaires secrètes afin de maintenir l’influence russe. Dans les médias russes, le renversement de Ianoukovitch a été décrit comme un coup d’État fasciste, argument que venaient renforcer l’existence d’un puissant mouvement néo-nazi ukrainien, et le fait que l’ex-président était arrivé au pouvoir démocratiquement, par la voie des urnes.

Si le gouvernement Poutine s’insurge officiellement contre la montée du fascisme à Kiev comme dans toute l’Europe, il a cependant forgé depuis de nombreuses années des liens avec l’extrême droite européenne. La Russie s’est également investie dans de vastes campagnes de communication destinées à influencer l’opinion publique : le gouvernement contrôle désormais la quasi-totalité des médias nationaux, et développe son influence à l’étranger grâce à Russia Today ou encore Sputnik.

Sans surprise, l’expansion militaire russe est relayée par une idéologie nationaliste fondée sur la notion d’ethnicité, ainsi que par le retour en force de l’Église orthodoxe dans la vie du pays. Le tout accompagné d’assauts contre des éléments de la société civile critiques du régime de Poutine, d’un contrôle accru de l’État sur les entreprises et les institutions, et du nettoyage des minorités ethniques et sexuelles à travers toute la Russie. De plus, alors que les sanctions occidentales ont commencé à peser sur l’économie russe, l’image d’un Occident agresseur a rendu Poutine plus populaire que jamais dans son pays.

Il y a donc peu d’espoir de voir ce conflit s’apaiser, et encore moins d’assister à un rapprochement avec l’Ouest. Comment décrire ce duel politique et intellectuel ? Sans tomber dans le double piège du triomphalisme libéral ou des rodomontades anti-américaines, comment voir d’un œil neuf les origines et les conséquences du présent conflit ? Plus encore, comment les idéologues des deux camps ont-ils contribué à exacerber les tensions, et comment pourrait-on tourner la page de cette dispute ? Enfin, de quels enjeux s’agit-il ? – pour ce conflit américano-russe, pour la disparition progressive de la société civile russe, pour l’apparent immobilisme des puissances occidentales, et enfin, pour notre analyse de ces confrontations mondiales faisant figure de tournant.

La Vie des Idées et son site parent Books & Ideas sont ravis d’annoncer leur seconde collaboration avec leur partenaire américain Public Books. Il s’agira d’examiner la Russie contemporaine en privilégiant la diversité des perspectives : politiques et économiques d’une part, mais aussi sociales et culturelles.

Notre premier duo d’essais, écrits par la sociologue française Carine Clément et par Eliot Borenstein, Professeur en études russes et slaves à NYU, s’interroge sur les discours politiques dominants dans la Russie d’aujourd’hui, entre anti-américanisme et poutinisme.

Nous accueillons également, après les contributions de l’historienne russe Katya Pravilova et du philosophe français Michel Eltchaninoff, celles de l’anthropologue américaine Monica Eppinger, et de la démographe française Cécile Lefèvre.

Les articles du dossier

Pour citer cet article :

Alexander Rocca & Ophélie Siméon & Caitlin Zaloom, « La Russie contemporaine et l’Occident. Collaboration entre Public Books et La Vie des Idées », La Vie des idées , 19 octobre 2015. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/La-Russie-contemporaine-et-l-Occident.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais : redaction@laviedesidees.fr.

par Alexander Rocca & Ophélie Siméon & Caitlin Zaloom , le 19 octobre 2015


La Vie des idées
© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet