Recherche

Dossiers Société

Dossier

L’empire du foot

Dossier


La Coupe du Monde de football est le spectacle le plus médiatisé qui soit, l’événement planétaire par excellence. La Vie des Idées propose une série d’articles destinés à comprendre les raisons de cet empire toujours plus étendu.

Prendre la Coupe du Monde de football comme objet de réflexion ne va pas sans difficulté. C’est, au moins, être confronté à un double obstacle.

Passionnel d’abord : car la Coupe du Monde, de l’enthousiasme fanatique au dégoût prononcé face à un spectacle auquel il est difficile de se soustraire, laisse rarement indifférent. Surinvesti, suscitant les émotions collectives les plus intenses, le football échappe à toute mesure.

Rationnel ensuite : la Coupe du Monde semble résister aux catégories figées qu’on lui applique afin d’en rendre compte. N’y voir, ainsi, qu’une caricature de la société du spectacle, n’est-ce pas risquer de se méprendre sur la nature du sport lui-même, qui, même savamment mis en scène, n’est jamais écrit d’avance et déjoue toute tentative de scénario ? N’y voir qu’un gigantesque marché, où les investissements économiques promettent des retombées financières sans égal, n’est-ce pas de la même manière réduire la portée d’un jeu dont les enjeux ne suffisent pas à troubler ce qui lui reste de légèreté ? Mais, renversant la perspective, n’y voir qu’une concurrence symbolique universelle, n’est-ce pas tomber dans un irénisme rêveur qui refuserait de constater que le monde reste divisé entre les nations ? N’y voir que le spectacle, grandiose, d’une égalité démocratique mondiale, où toutes les nations, soumises à la même règle, ne se distingueraient que par l’effort et le mérite, n’est-ce pas tomber dans l’illusion, peut-être savamment entretenue, que la division profonde qui sépare le Nord et le Sud n’existe pas — que la fiction démocratique est la démocratie, que la représentation de la réalité est la réalité ?

Une perspective trop radicale, à laquelle pousse la démesure du spectacle le plus médiatisé qui soit, laisse nécessairement dans l’insatisfaction. C’est l’empire du foot qu’on s’interdit peut-être alors de comprendre : la fascination qu’il exerce, l’universalité qu’il construit, les tensions qui le traversent. C’est à essayer de comprendre ce qui organise cet empire que ce dossier est consacré. Il propose six axes de réflexion :

  • le football est un spectacle d’un genre particulier, qui s’est imposé comme tel dans l’histoire récente. Événement purement local à l’origine, il s’est peu à peu déterritorialisé, réinventant ainsi les appartenances des supporters au-delà de la simple proximité géographique, reconstruisant des affiliations d’autant plus intenses qu’elles sont choisies (voir l’essai de Marion Fontaine).
  • le football est un objet dont la complexité a trop souvent été réduite par les études qui ont cherché à en comprendre les ressorts, mais dont l’analyse dans les sciences sociales semble aujourd’hui connaître un incontestable renouveau (voir l’article d’Igor Martinache).
  • le football est une profession à laquelle on est formé dès le plus jeune âge dans des institutions spécialisées, qui organisent la sélection et créent souvent d’intenses déceptions (voir l’essai de Julien Bertrand).
  • le football est une passion dont la radicalité effraie mais dont la réalité sociale suppose une analyse poussée des mécanismes qui la produisent et des fins qui l’organisent (voir l’essai de Nicolas Hourcade disponible prochainement).
  • le football est un sport moderne, entièrement tourné vers la recherche du dépassement de soi. Celui-ci est un trait structurel de nos sociétés contemporaines, et on peut penser que le football en est à la fois la conséquence et l’image la plus extrême (voir l’entretien avec Isabelle Queval).
  • le football est une compétition mondialisée, à la fois parce qu’elle organise la rivalité symbolique des nations et parce qu’elle est le reflet de l’histoire impériale des États du Nord (voir les recensions des livres de Laurent Dubois, Soccer Empire par Pap Ndiaye et de Pierre Singaravélou et Julien Sorez, L’Empire des sports. Une histoire de la mondialisation culturelle par Patrick Clastres, disponibles prochainement).

Les articles du dossier

Pour citer cet article :

Florent Guénard & Igor Martinache, « L’empire du foot », La Vie des idées , 11 juin 2010. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/L-empire-du-foot,1113.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais : redaction@laviedesidees.fr.

par Florent Guénard & Igor Martinache , le 11 juin 2010



© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet