Recherche

Livres & études Société

Parole à la prostitution

À propos de : « Prostitution : un métier impossible ? », Vacarme.


Comment parler de la prostitution ? Le dossier de la revue Vacarme propose quelques pistes de réflexion à partir de la parole des prostitué-e-s et de travaux récents en sciences humaines, et s’inscrit dans la ligne que la revue développe numéro après numéro.

Recensé : « Prostitution : un métier impossible ? », Vacarme, hiver 2009, n°46.

Le débat sur la prostitution a souvent pour fin de déterminer si celle-ci est un « vrai » travail ou une exploitation des femmes, un métier ou une stratégie de survie. L’ensemble des articles se démarque de cette manière d’appréhender les pratiques prostitutionnelles et ouvre des « fronts » de la prostitution, pour reprendre une métaphore utilisée dans ce même numéro à propos du sida : les tensions que génèrent la prostitution à propos de la sexualité et du travail, mais aussi de l’argent, des phénomènes migratoires, les questions raciales…

Deux exigences permettent ainsi de déplacer le problème. D’abord, le refus de constituer la prostitution en prétexte où chacun pourrait affirmer son attachement à la liberté ou son refus de la marchandisation de la sexualité et faire des paroles et des expériences des prostitué-e-s le point de départ des réflexions : que ce soit dans les luttes en faveur de la reconnaissance des droits des travailleuses et travailleurs du sexe, dans la description des interactions entre les prostitué-e-s et leurs clients, ces paroles et ces expériences sont hétérogènes et parfois conflictuelles – il n’y a pas une expérience de « la » prostitution. Faire sa place à une parole disqualifiée et à des pratiques invisibilisées pose la question de la position des chercheurs et plus largement de ceux qui sont hors des pratiques prostitutionnelles : c’est un des intérêts du dossier que de multiplier les lieux d’où se tiennent les discours, les auteurs pouvant être militants, prostitué-e-s, engagés dans le monde associatif, observateurs… et tenir plusieurs positions à la fois.

L’entretien avec Ava Caradonna, Cadyne et Malika Amaouche, qui ont des positions différenciées dans la lutte pour les droits des prostitué-e-s ; l’article de Stéphanie Pryen qui rend compte de son enquête de terrain en dialoguant avec un travailleur social ; la publication de lettres de prostituées illustrent l’exigence de ne pas parler au nom des autres.

Ce déploiement des positions permet de faire de la prostitution autre chose qu’un objet de débats, mais des pratiques qui concernent celles et ceux qui se définissent comme prostitué-e-s ainsi que l’ensemble des individus. Alors que les politiques récentes contribuent à circonscrire les pratiques prostitutionnelles à l’extérieur du quotidien et de l’ordinaire (et ce dossier est construit aussi comme une réponse à la Loi de sécurité intérieure de 2003), les articles montrent que ce n’est plus tant la prostitution qui doit rendre des comptes, qu’un ensemble de savoirs et de croyances qui se trouvent déstabilisés par un phénomène trop souvent perçu comme homogène et relégué aux marges. Ainsi dans son entretien, Catherine Deschamps montre comment les pratiques prostitutionnelles s’ancrent dans des conceptions partagées de la sexualité et de l’argent, comment la prostitution fait question aux féminismes et amènent ceux-ci à se redéfinir ; Pascale Jamoulle articule les évolutions de la sexualité et du néo-libéralisme, et interroge la notion de fantasme. Outre ce dossier, un long entretien avec Mike Davis, où celui-ci revient sur son parcours théorique et militant, s’ajoute aux entretiens des numéros précédents et contribue à donner à la revue son assise.

Aller plus loin

Pour citer cet article :

Mathieu Trachman, « Parole à la prostitution », La Vie des idées , 20 février 2009. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Parole-a-la-prostitution,641.html

Nota bene :

Si vous souhaitez critiquer ou développer cet article, vous êtes invité à proposer un texte au comité de rédaction. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

par Mathieu Trachman , le 20 février 2009

Articles associés

La sexualité des adolescents américains

Un entretien avec Peter Bearman

par Ivan Jablonka

Le marché, forme de la vie sociale

À propos de : P. François, Sociologie des marchés, Armand Colin.

par Philippe Steiner

Quelle émancipation pour les prostituées ?

À propos de : Lilian Mathieu, La fin du tapin : sociologie de la croisade pour (...)

par Clyde Plumauzille


© laviedesidees.fr - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction - Mentions légales - webdesign : Abel Poucet